Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
grayscale photo of naked woman
Naturopathie

Sexe et endométriose

La sexualité chez l’être humain est un phénomène complexe régi par des facteurs sociaux, psychologiques, biologiques et hormonaux. Elle peut être aussi influencée par certaines conditions médicales telles que les cancers gynécologique, du sein ou l’infertilité. L’endométriose est une maladie commune affectant 5 à 15 % des femmes durant leur période reproductive pouvant limiter considérablement l’activité sexuelle, notamment en raison des douleurs engendrées et de leur répercussion sur le couple. De par sa chronicité, elle requiert une prise en charge personnalisée au long cours afin d’éviter des interventions chirurgicales répétées. De ce fait, la santé sexuelle devrait être une préoccupation majeure dans la prise en charge globale de la patiente et de son partenaire.

 La dysfonction sexuelle chez la femme peut s’exprimer sous forme de plusieurs troubles, souvent coexistants, comme une baisse du désir, une réduction de l’excitation, une douleur ou une anorgasmie.L’appréhension répétée de la douleur coïtale et le vécu émotionnel peuvent entraîner une dysfonction sexuelle se manifestant par une baisse du désir, de l’excitation, de la lubrification, de la congestion génitale et créer une tension excessive des muscles périnéaux.

Les aspects spécifiques liés à l’endométriose tels que l’évolution de la maladie, la présence d’une douleur chronique, un traitement hormonal au long cours, l’infertilité.

La dyspareunie comme symptôme majeur

La douleur lors des rapports sexuels est l’un des symptômes majeurs chez les patientes atteintes d’endométriose. Une grande étude cas-témoins de 2006, évaluant plus de 5000 femmes avec endométriose, retrouve un risque associé d’avoir une dyspareunie 7,4 fois supérieur aux témoins (IC 95 % : 6,5‑8,5).Inversement, la présence de dyspareunie est un facteur de risque indépendant d’être atteint d’endométriose avec un OR ajusté de 6,8 (IC 95 % : 5,7‑8,2). Plus récemment, l’étude WERF EndoCost a démontré que 47 % des patientes atteintes d’endométriose souffraient de dyspareunie. En plus, l’analyse multivariée a mis en évidence que les douleurs sexuelle et pelvienne chroniques affectent de manière négative la santé physique et mentale des patientes conformément au questionnaire SF36.Une étude rétrospective qualitative a évalué les conséquences au long terme avec un recul de plus de 15 ans : 48,5 % des patientes déclarent que l’endométriose cause des problèmes dans leur vie sexuelle, dont pour un tiers uniquement lors de certains moments de leur cycle menstruel. Une corrélation significative entre la dyspareunie et une influence négative sur leurs relations a été clairement établie. La dyspareunie profonde causée par l’endométriose est souvent associée à des lésions profondes infiltrant les ligaments utéro-sacrés, le cul-de-sac de Douglas, la paroi vaginale postérieure, le rectum, et, moins fréquemment, à des lésions ovariennes et vésicales.

Certaines considérations sont essentielles pour l’analyse des effets de la douleur chronique sur la fonction sexuelle, notamment en endométriose :

  • la dyspareunie est un symptôme particulièrement invalidant, car survenant à chaque rapport sexuel ; la dysménorrhée ne survenant qu’au moment des règles ;
  • la présence de ces symptômes est associée à une plus grande prévalence de la symptomatologie dépressive (OR : 1,07 ; IC 95 % : 1,02‑1,12) ;
  • d’autres conditions peuvent interférer avec l’endométriose contribuant à des rapports douloureux notamment la cystite interstitielle ; 
  • les lésions d’endométriose sont associées à une hyperalgésie causée par une neuro-inflammation locale, une neuro-angiogenèse et la dysrégulation des fibres sensorielles ;
  • la chronicisation des douleurs dans l’endométriose est liée à des modifications des réponses fonctionnelles cérébrales aux stimuli nociceptifs, aux changements dans la structure cérébrale, l’activité de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien et le système nerveux autonome.

La dyspareunie n’est pas le seul symptôme de la dysfonction sexuelle

La présence d’endométriose – tous types confondus – est associée à la baisse de la qualité de la communication sur la sexualité avec le partenaire. Les patientes présentant une endométriose recto-vaginale comptent un risque trois fois supérieur d’être insatisfaites sur le plan sexuel ou de ressentir un plaisir diminué et deux fois moins de capacité à atteindre un orgasme par rapport aux patientes non atteintes.

Deux outils performants de l’évaluation de la fonction sexuelle féminine dans sa globalité (le questionnaire Female Sexual Function Index (FSFI) et le Female Sexual Distress Scale revised) ont permis de mettre en évidence une corrélation entre le stade de la maladie, la dyspareunie et le score aux deux questionnaires. Ils ont révélé un nombre plus faible de rapports sexuels par mois chez les femmes atteintes d’endométriose et une peur de la séparation à cause de la douleur per coïtale par rapport aux femmes indemnes de la maladie. Basé sur des évidences actuelles, bien que limitées, l’endométriose semble atteindre tous les domaines de la fonction sexuelle : le désir, l’excitation, l’orgasme et la satisfaction. La douleur qui en résulte génère une détresse chez 70‑75 % des patientes dans le cadre d’une maladie chronique.

Effet de L’endométriose sur la qualité de la relation avec le Partenaire

La dyspareunie, la dysfonction sexuelle féminine et l’infertilité (ou l’appréhension de celle-ci) peuvent avoir un impact négatif sur la relation avec le partenaire et sa fonction sexuelle, spécialement chez les couples les plus jeunes. Des études sur l’endométriose se sont intéressées à la qualité de la conversation sur la sexualité avec le partenaire. Ainsi, 34 % de femmes déclarent avoir des problèmes avec leur partenaire à cause de l’endométriose pouvant aller jusqu’au divorce dans 10 % des cas. La rupture ou le divorce étaient attribués à la diminution des interactions sociales dues à la maladie et à l’incapacité du partenaire à tolérer la symptomatologie chronique, mais la part réelle de ces ruptures qui est liée aux problèmes sexuels est difficile à objectiver. La conséquence de la dyspareunie chez le partenaire, avec ou sans trouble sexuel associé, est peu connue. Les partenaires masculins de femmes atteintes de vestubulodynie provoquée souffrent également des conséquences de la douleur subie par leurs partenaires, impliquant ainsi un stress psychologique, pouvant engendrer des difficultés sexuelles allant jusqu’aux troubles de l’érection et la diminution de la satisfaction sexuelle.

Effet de la chirurgie de l’endométriose sur la fonction sexuelle

Les procédures chirurgicales extensives, notamment la résection intestinale ou la résection profonde des paramètres, sont associées à une morbidité plus élevée (fistules rectale, urétrale et vésicale, vessie atone, incontinence anale) et peuvent nécessiter des procédures supplémentaires telles qu’iléo ou colostomie. Des complications à court et long termes sont donc attendues sur l’état de détresse personnel et du couple, sur l’image corporelle et le fonctionnement sexuel. Les techniques chirurgicales épargnant les nerfs apporteraient des avantages par rapport à la chirurgie conventionnelle. Cette dernière est associée avec une augmentation de la dysfonction sexuelle en postopératoire (72,3 % des patientes n’avaient pas de sensations sexuelles ou d’orgasmes du tout), bien qu’un plaisir diminué ou qu’un nombre réduit d’orgasmes aient été observés dans respectivement 47,5 et 11,8 % des cas après la chirurgie avec une épargne nerveuse. D’autres études ont investigué l’effet de la résection intestinale sur la fonction sexuelle dans l’endométriose ; les résultats sont significatifs dans une certaine mesure avec une réduction de la dyspareunie, mais non homogènes dans tous les autres domaines de la fonction sexuelle investigués.

A contrario, une étude multicentrique récente n’a pas retrouvé d’amélioration de la fonction sexuelle après une prise en charge chirurgicale, excepté chez les patients présentant des lésions profondes symptomatiques. Toutefois, la chirurgie, indépendamment de la sévérité de la maladie ou du type d’intervention, influe de manière positive sur l’élaboration émotionnelle de la douleur (peur, sensation de culpabilité et tension physique) et diminue la fréquence d’interruption des rapports. Le taux de récurrences de l’endométriose est estimé de 5 à 21,5 % à deux ans et de 5 à 40 % à cinq ans. La dyspareunie profonde sévère liée à une endométriose persistante ou récurrente après échec d’une chirurgie conservatrice de première intention est associée avec des scores FSFI bas, en dessous de la limite pour la fonction sexuelle normale.

Effets du traitement hormonal sur la fonction sexuelle

Actuellement, les contraceptifs hormonaux tels que les progestatifs, le danazole, les agonistes et les antagonistes de GnRH ainsi que les inhibiteurs de l’aromatase sont utilisés en clinique pour la gestion de la douleur associée à l’endométriose et pour la prévention secondaire. L’hypogonadisme induit par l’hormonothérapie affecte les zones du cerveau impliquées dans la réponse sexuelle (désir, excitation, libido), dans les changements émotionnels et des habitudes (humeur, anxiété, peur), mais également dans la réponse périphérique génitale aux stimuli sexuels.

L’utilisation des agonistes de la GnRH a pour effet secondaire l’induction d’une ménopause transitoire avec des bouffées de chaleur, changement d’humeur et troubles du sommeil. La dépression est un autre effet indésirable rapporté par 23 % de femmes traitées.Il n’y a pas de données à propos des effets des agonistes de la GnRH sur la fonction sexuelle des patientes atteintes d’endométriose ni sur le fait que la thérapie add-back (quel que soit le type) ait un effet positif sur la libido. Toutes les contraceptions orales combinées et les progestatifs sont efficaces pour la diminution de la douleur chez les patientes présentant une dyspareunie profonde, bien qu’il n’y ait pas de comparaison entre celles-ci.Néanmoins très peu d’études se sont intéressées à l’effet de ces agents sur la fonction sexuelle. L’utilisation de la contraception hormonale chez les femmes en bonne santé peut être associée avec des effets indésirables sexuels, allant d’une diminution de l’excitation et de l’orgasme à des difficultés à la lubrification en passant par des troubles de l’humeur et de l’anxiété, ces derniers décrits pour les traitements par progestatifs.Ces troubles durant le traitement hormonal ont des implications d’autant plus marquées chez les patientes souffrant d’endométriose, chez qui douleur, détresse et fonction sexuelle sont entremêlées.

Conclusion

L’endométriose symptomatique affecte de manière négative tous les domaines de la fonction sexuelle féminine et cause une détresse conséquente. L’évaluation de la dyspareunie profonde apporte seulement une vision restreinte de la santé sexuelle de la patiente, de son partenaire et du couple. Quelle que soit la forme de sa manifestation, la douleur induit une réaction de peur et d’évitement en générant un trouble du désir / excitation chez la majorité des patientes. L’incertitude, la peur, l’espérance et la vision de soi-même sont souvent rapportées dans les études qualitatives et négligées dans les études quantitatives. Dans la sphère intime, la perception de douleur sexuelle par le partenaire et le contexte socioculturel dans lequel évolue le couple peuvent exacerber la pression sexuelle ou induire une conduite d’évitement, perpétuant la détresse.

La diminution de la douleur est considérée à tort comme l’acquisition de la fonction sexuelle normale dans son ensemble. Les résultats chirurgicaux diminuent la douleur, mais les effets dans les autres domaines sont moins évidents. De plus, les techniques chirurgicales radicales, impliquant la résection des nerfs pelviens, peuvent aggraver la fonction sexuelle d’où la nécessité de la standardisation des procédures chirurgicales et de la prise en charge. La fonction sexuelle chez l’adolescente atteinte d’endométriose a également été sous-investiguée. Les deux tiers des adolescentes avec une dysménorrhée sévère présentent des signes laparoscopiques d’endométriose, or les conséquences sur la douleur, le développement des habitudes sexuelles ainsi que l’image corporelle sont largement inconnues.

La prise en charge précoce (chirurgicale ou hormonale) des patientes symptomatiques nécessite plus d’attention. Parallèlement, une prise en charge au long cours, tenant compte des facteurs sociaux, physiques et psychologiques est à préconiser. Ces améliorations sont indispensables pour l’optimisation du traitement, afin de prodiguer des conseils personnalisés et répondre aux attentes des jeunes femmes souffrant d’endométriose, ainsi que de leurs partenaires.

Source : revmed.ch

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :