Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Naturopathie

Épaissir son endomètre : Mes solutions naturelles en parcours PMA

De nombreuses patientes me consultent à Pau ou en téléconsultation pour un trouble de la fertilité, et ce en plus leur suivi dans par un centre de PMA.  Les patientes ont souvent dans un premier temps, essayé de tomber enceinte naturellement sans suivre de traitement médical pendant au moins deux ans. Chez certaines patientes il n’y a pas eu de grossesse et les autres ont été victime de fausses couches à répétition. Le traitement de PMA devient alors la seule solution.

Souvent les patientes qui se présentent dans mon cabinet me disent « je suis à mon troisième protocole de FIV, ça ne marche pas! Pourtant les follicules se développent bien, le spermogramme de mon conjoint est dans la norme, toutes les conditions sont optimales, je suis désespérée ! Mais sachez que des solutions existent.

Le plus souvent ces femmes ne sont pas encore au courant, mais leurs FIV n’aboutissent pas à une grossesse, car elles ont un endomètre trop fin au moment du transfert. Parfois elles savent qu’elles ont un endomètre un peu fin mais sans plus de détails. Elles me disent « Ah oui ! Mon gynécologue m’a prescrit de l’anticoagulant… ». Mais sans vraiment savoir pourquoi.

1 – Le mécanisme d’épaississement de l’endomètre

Voici à présent quelques définitions ainsi qu’un petit rappel de physiologie qui vous permettra de mieux comprendre comment se déroule le mécanisme de l’épaississement de l’endomètre.

L’utérus est conçu pour héberger l’embryon puis le fœtus durant la grossesse. L’endomètre est le site d’implantation de l’ovule fécondé, il change morphologiquement selon l’influence des hormones sexuelles.

épaississement de l'endomètre
L’endomètre se développe sous l’action des hormones.

Les changements morphologiques de l’endomètre peuvent se diviser en trois étapes :

– La période des menstruations

– La phase de prolifération

– La phase sécrétrice et de maturation

L’épaississement de l’endomètre joue un rôle fondamental lors de la nidation et la poursuite d’une grossesse à terme. Un endomètre qui ne s’épaissit pas est un frein à la nidation ainsi qu’un facteur de fausse couche à répétition.

Il est aujourd’hui possible d’apprécier la qualité de l’endomètre grâce à un examen médical appelé écho doppler.

2 – Appréciation de la qualité de l’endomètre

Dans l’état, en l’absence de pathologie organique identifiable, un endomètre trop fin pourrait être lié à un déficit des flux sanguins artériels et veineux dans les vaisseaux utérins.
Les artères acheminent vers l’utérus le sang oxygéné, les nutriments et les hormones. Les veines drainent vers le coeur le sang chargé en déchets métaboliques.

Une insuffisance veineuse importante risque de provoquer un engorgement de l’utérus, altérant ainsi sa fonction procréatrice. 

Remarque : cette hypothèse est également transposable à un déficit de croissance folliculaire « ovaire paresseux ».

L’expérience médicale de la fécondation in vitro révèle que les chances de grossesse sont quasiment nulles si :
– L’endomètre présente une épaisseur inférieure ou égale à 7mm.
– L’index de pulsatilité des artères utérines est supérieur à 3 (visible à l’écho doppler).

L’ostéopathie et la naturopathie apportent de nouvelles voies d’accompagnement.

3 – Que faire selon les différents cas ?

> Si à la fin du processus de stimulation ;

– L’épaisseur de l’endomètre est inférieure à 7 mm et les follicules sont immatures.
Il serait possible de poursuivre la stimulation en augmentant le dosage hormonal (pour repousser le déclanchement de l’ovulation) afin de laisser s’épaissir l’endomètre et mûrir les follicules.

– L’épaisseur de l’endomètre est inférieure à 7 mm et les follicules sont matures.
Votre gynécologue vous proposera certainement d’annuler le transfert et de procéder uniquement à la ponction. Les embryons obtenus seront alors vitrifiés puis transférés lors d’un prochain cycle.

> Pour épaissir l’endomètre votre gynécologue pourra alors :

* Avant de recommencer une nouvelle stimulation, votre médecin pourra vous prescrire un traitement ostrogénique de 3 mois.
* Dans le cadre d’un transfert d’embryon congelé, il vous conseillera de prendre de l’aspirine durant une période donnée.

Si vous vous trouvez dans le cas où votre endomètre ne s’épaissit pas suffisamment, il existe des solutions naturelles complémentaires comme l’ostéopathie et la naturopathie.

4 – Les solutions en ostéopathie pour aider un endomètre trop fin à s’épaissir

L’ostéopathie est une médecine naturelle qui est fondée sur des principes anatomiques universels. Je vais donc vous parler d’anatomie afin de vous permettre de mieux comprendre comment l’ostéopathie peut vous aider à optimiser le développement de votre endomètre. Aujourd’hui j’ai compris l’importance que peut avoir l’ostéopathie dans ce domaine et je mets en place un partenariat avec un ostéopathe spécialisé dans le domaine pour un suivi des plus efficace.

Remarque : un endomètre trop fin peut être lié à un déséquilibre du développement folliculaire, trop lent ou trop rapide. L’ostéopathie pourrait également intervenir sur les ovaires pour augmenter la croissance des follicules.

5 – Les solutions en Naturopathie pour épaissir un endomètre trop fin

➢ Le cholestérol

C’est le précurseur des hormones stéroïdes. Autrement dit il se transforme en hormones sexuelles telles que l’œstrogène et la progestérone. Ces deux hormones sont indispensables au bon développement de l’endomètre !

Notre corps synthétise 80% du cholestérol, le reste est puisé dans l’alimentation. Plutôt que de miser sur la charcuterie, mieux vaut consommer des huîtres ou des œufs qui sont bien plus bénéfiques. Optez donc pour des œufs bio qui sont en plus riches en oméga 3 et en antioxydants.

Consommez 4 à 6 œufs par semaine avec le jaune liquide (cuisson au plat, à la coque, omelette baveuse …).

Il existe deux types de cholestérols (HDL et LDL) :
– HDL (High density lipoprotein) : c’est le « bon cholestérol »,
– LDL (low density lipoprotein) : C’est le « mauvais cholestérol » 

Pour trouver le juste équilibre entre les deux types de cholestérol :

– Consommez des antioxydants. 
– Utilisez de l’huile d’olive pour assaisonnez vos salades et mangez des olives à l’apéritif, cela augmente le bon cholestérol (HDL).
– Pratiquez une activité physique régulière. Cela permet d’augmenter le taux sanguin de bon cholestérol (HDL) et de diminuer le taux mauvais cholestérol (LDL). Il est recommandé de pratiquer la marche, la course à pied, du vélo ou la natation régulièrement.

➢ Les antioxydants

Les antioxydants se cachent dans les fruits et les légumes bien sûr ! Au plus ils sont colorés au plus ils seront riches. Misez donc sur les poivrons, tous les fruits rouges, les épinards, l’ail, les blettes, les salades foncées, les figues, le raisin, les betteraves, les tomates, les carottes, les choux rouges, la pastèque, les abricots …
L’aliment le plus riche en antioxydants est tenez vous bien le pruneau sec !

Manger des pruneaux afin d’améliorer votre apport en antioxydants ainsi que votre transit.

➢ L’hydratation

Hydratez vous suffisamment, au moins 1,5 L par jour. L’eau que vous buvez contribue à augmenter le volume sanguin et ainsi sa fluidité. C’est donc fondamental pour que le sang circule correctement.
Privilégiez les eaux faiblement minéralisées (résidus à sec inférieur à 200). Vous pouvez aromatiser votre eau avec des tranches de fruits, des feuilles de menthe, du jus de citron. Libre à vous. Mais hydratez vous !

Une recette ? Associez, deux tranches de citron et quelques feuilles de menthe bio avec de l’eau. Un régal!

Optez pour les précieux jus de légumes et des fruits maisons réalisés avec un extracteur de jus. Ils hydratent et reminéralisent l’organisme. La qualité des fruits et des légumes est déterminante. On s’oriente donc vers des produits de région, de saison et bio bien sur ! C’est surement un coût, mais cela fait toute la différence en terme de vitalité !

➢ Boostez votre système cardiovasculaire

Pratiquez une activité physique régulière. Le sang oxygéné et riche en nutriments circule du cœur vers les muscles puis le sang appauvrit en oxygène et chargé de déchets métaboliques rejoint le cœur par les veines.

Pour lutter contre un endomètre trop fin, l’essentiel est de bouger!

➢ Vitamine E et Oméga 3 dans les bonnes graisses

Les huiles vierges, les graines et les poissons gras sont bénéfiques pour leurs apports en :

– Vitamine E que l’on nomme tocophérol et tocotrienol :
La vitamine E joue un rôle important dans la fertilité car elle protège le corps de radicaux libres, elle accélère la circulation sanguine et elle possède un rôle antioxydant. Une carence en vitamine E chez la femme peut perturber les cycles menstruels et favoriser le risque de fausses couches.

Toutes les huiles de qualité (vierges) contiennent une grande quantité de vitamine E. Vous pouvez trouver de la vitamine E dans les bonnes huiles bio de germé de blé, de noisette, de lin, de chanvre, de noix et de colza. Deux cuillères à soupe d’huile sont nécessaires chaque jour.

– Oméga 3 :

Ils réduisent les inflammations et favorisent la fluidité du sang.

Pour votre apport en Oméga 3, régalez vous avec des poissons gras comme des sardines, des anchois, du maquereau ou du hareng deux fois par semaine au moins ! Ils ont également l’avantage d’apporter du fer nécessaire au bon développement de l’endomètre.

Remarque :  la consommation de ces huiles doit toujours se faire crue (en assaisonnement), on ne cuit jamais ces huiles et on les conserve au réfrigérateur trois mois maximum.

➢ La douche écossaise

Pour continuer à améliorer la circulation sanguine et lymphatique ainsi que le retour veineux la douche écossaise est une alliée.

Pratiquez quotidiennement ce qui suit après la douche :
• Débout ou assise, appliquez un jet doux d’eau tiède sur les jambes de bas et haut 15 secondes en remontant jusqu’aux aines.
• Puis appliquez une eau fraiche avec un jet plus puissant, toujours de bas en haut pendant trente secondes.
• Alternez ainsi les deux procédés quatre à cinq fois puis terminez par une application d’eau fraiche.

➢ La phytothérapie au service d’un endomètre trop fin :

Vigilance : ne pas utiliser ces plantes durant les premiers mois de grossesse. En cas de traitement, demandez conseil à un aromathérapeute, un phytothérapeute ou un médecin.

Plantes à utiliser durant la première phase du cycle (10 jours à partir du premier jour des menstruations – Arrêt à l’ovulation).

– Drainer les reins :

L’objectif est d’aider le corps à évacuer les déchets de l’organisme ainsi que les pollutions extérieures (alimentaires et environnementales). Drainer les reins c’est permettre aux reins, ainsi débarrassé de ses déchets, de fonctionner à nouveau de manière optimale.

– La tisane de pensée sauvage permet un nettoyage en douceur.
– La reine des près est également intéressante en tisane tout comme l’ortie.
– L’aubier de tilleul est la plante la plus puissant.

Vous pouvez également faire un mélange de ces trois plantes.

– Détoxifier le foie et désengorger la vésicule biliaire :

Un mauvais retour veineux lié à un engorgement du foie crée une congestion vasculaire des organes du petit bassin. En conséquence l’utérus et les ovaires ne peuvent plus fonctionner de manière optimale.

– Augmenter la circulation sanguine :

Ces plantes sont utilisées, en tisanes et en décoction, individuellement ou mélangées pendant la première phase du cycle menstruel pour améliorer le retour veineux et lutter contre un endomètre trop fin.
Il existe la vigne rouge, le marronnier, la reine de près, le bouleau, le petit houx et l’hamamélis à raison de deux tasses par jours.

Vous pouvez également vous masser les jambes avec du macérât d’huile d’arnica. Exercez un massage énergique quotidien en remontant à l’intérieur et en descendant à l’extérieur de la jambe pendant cinq minutes de chaque cotés.

6 – Pour conclure

•  Un endomètre trop fin dont l’épaisseur est inférieur à 7 mm et/ou un indice de perfusion des artères utérines supérieur à 3 est problématique le jour du déclenchement de l’ovulation ou au moment du transfert d’embryon.
• Si votre endomètre trop fin vous empêche de tomber enceinte, souvenez-vous que l’ostéopathie et la naturopathie sont des alliés de choix pour vous accompagner dans votre parcours de P.M.A  / F.I.V afin de vous aider à épaissir l’endomètre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :