Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Naturopathie,  Reflexologie

Augmenter ses chances de tomber enceinte naturellement

Vous connaissez probablement quelqu’un dans votre entourage qui rencontre des difficultés à concevoir ou peut-être que vous êtes vous-même concerné par un problème d’infertilité. Sachez que vous n’êtes pas seuls. Les troubles de la fertilité concernent 1 couples sur 5, aujourd’hui va en PMA.

Cet article a pour objectif de vous aider à mieux comprendre quelles sont les causes de l’infertilité et aussi quels sont les moyens d’augmenter vos chances de concevoir. Il s’adresse autant aux femmes qu’aux hommes. 

Pour mettre toute les chances de votre côté pour tomber enceinte, pensez naturopathie, alimentation et chassez le stress !

Hormones et fertilité

Partons du début : Le cycle menstruel dont les acteurs principaux sont les hormones.

Oestrogènes et progestérone

  • Les oestrogènes : elles sont sécrétées au niveau des ovaires. Ses rôles sont :
    • la maturation de l’ovule en vue de l’ovulation,
    • l’épaississement de la muqueuse utérine et la stimulation de l’apport sanguin par la création de capillaires,
    • l’épaississement de la muqueuse vaginale,
  • La progestérone : elle est sécrétée par le corps jaune de l’ovule, quelques jours après l’ovulation. Elle a plusieurs rôles : 
    • La croissance de la muqueuse utérine et la diminution de sa contractilité,
    • La fermeture du col de l’utérus et la modification de son épaisseur. 

Ces deux hormones ont donc pour objectif la création d’un environnement propice à la nidation d’un éventuel embryon.

Le cycle menstruel

Le cycle menstruel féminin dure en moyenne 28 jours. Au premier jour du cycle, (qui correspond au premier jour des règles) le cerveau, au niveau de son axe hypothalamo-hypophysaire, sécrète une hormone : la FSH (l’hormone folliculo-stimulante). 

Celle-ci favorise la sécrétion d’oestrogènes et la maturation de l’ovule.

Vers le 12ème jour du cycle, le cerveau sécrète une seconde hormone : la LH (l’hormone lutéinisante).

. Au 14ème jour, on observe un pic de LH qui engendre un pic d’oestrogène. Ce pic permet à l’ovaire d’expulser un ovule ; c’est l’ovulation. Parallèlement, on observe chez la femme une hausse de sa température corporelle de quelques dixièmes de degrés.

L’ovaire commence alors à sécréter la progestérone. Cela permet l’épaississement de la muqueuse utérine qui se prépare à recevoir l’œuf fécondé. Le cerveau va alors progressivement cesser de sécréter la FSH et la LH. Les ovaires diminuent leur production d’estrogènes et de progestérone jusqu’au cycle prochain. L’effondrement de cette sécrétion hormonale provoque les règles.

La fécondation

Lors de l’ovulation, un des deux ovaires expulse un ovule arrivé à maturation. Ce dernier va ensuite progresser au niveau de la trompe utérine, conduit qui relie l’ovaire à l’utérus. A partir de ce moment-là, il va attendre la rencontre avec le spermatozoïde.

Lors d’un rapport sexuel non protégé, le sperme est déposé au fond du vagin, contre le col utérin. Les spermatozoïdes sont alors en contact avec la glaire cervicale qui permet leur transport dans l’utérus. Sur les millions de spermatozoïdes contenus dans un éjaculat, quelques centaines seulement arriveront au niveau de la trompe utérine. Lors de la rencontre avec l’ovule, un seul d’entre eux pénétrera ses parois. La fusion de ces deux cellules donnera alors un embryon.

Quelles sont les causes d’infertilité ?

Tout d’abord, il faut différencier lest termes « infertilité » et « stérilité ».

La chance de concevoir un bébé chez un couple est de 25% par cycle, avec un délai moyen de 6 mois. L’infertilité est définie par une probabilité inférieure à la moyenne de concevoir (20% ou moins). A savoir que la prise en charge en centre de Procréation Médicalement Assistée est autorisée si aucune grossesse n’a eu lieu dans un délai de 1 à 2 ans de rapport sexuels non protégés.

La stérilité est quant à elle définie par un pourcentage de chance d’être enceinte égal à 0. Ce trouble est beaucoup plus rare, et peut-être causé par l’absence de certains organes reproductifs (trompes utérines, utérus) d’absence d’hormones (ménopause précoce) ou encore d’azoospermie chez l’homme.

Dans un couple, l’infertilité peut être masculine, féminine, ou bien mixte lorsque les deux partenaires sont concernés. Ce trouble peut être primaire ou résulter d’une pathologie plus ancienne.

Les causes d’infertilité chez la femme : 

  1. insuffisance ovarienne : lorsque le nombre de follicules ovariens (futurs ovules) est inférieur aux normes,
  2. troubles hormonaux : déficit ou excès d’une ou de plusieurs hormone(s) qui affecte le cycle menstruel,
  3. pathologies : syndrome des ovaires polykystiques, endométriose…,
  4. séquelles de pathologies non traitées : infections tubaires, Infections sexuellement transmissibles qui ont provoqué des lésions au niveau des trompes utérines, empêchant alors le passage des spermatozoïdes vers l’ovule,
  5. séquelles de chirurgies gynécologiques ou abdominales,
  6. trouble sexologique : vaginisme, trouble de la libido, stress…,
  7. exposition à des perturbateurs endocriniens et/ou environnementaux,
  8. infertilité inexpliquée.

Les causes d’infertilité chez l’homme :

  1. antécédent de pathologies ou de traumatisme testiculaire ou pénien
  2. troubles de la qualité, de la quantité et /ou de la mobilité des spermatozoïdes
  3. exposition à des perturbateurs endocriniens et/ou environnementaux

Comment augmenter ses chances d’être enceinte ?

De nombreux couples sont concernés par l’infertilité. Ce n’est cependant pas une fatalité. Que vous ayez ou non commencé un protocole de PMA, voici des solutions naturelles qui pourront vous aider pour votre trouble de l’infertilité.

L’alimentation pour améliorer la fertilité

L’alimentation est sans doute le premier facteur à modifier dans le cadre d’une infertilité. 

Voici les aliments qui peuvent booster votre fertilité, et les attitudes alimentaires à éviter :

  • les Omégas 3, pour stimuler les hormones : 
    • les poissons gras : sardines, maquereaux, saumon, hareng, l’huile de foie de morue…,
    • les huiles végétales : l’huile d’olive, l’huile de lin,
    • les fruits à coque : amandes ++, pistaches, noisettes,
    • certains légumes : avocat, épinard, carottes, ail,
    • les fruits de mer,
    • privilégier la viande blanche et pauvre en acides gras saturés.
  • la vitamine B9 (acide folique) :
    • l’huile de foie de morue,
    • les légumineuses : pois cassés, lentilles cuites,
    • les choux de Bruxelles, les épinards.
  • la vitamine D : 
    • les poissons gras : sardines, maquereaux, saumon, hareng, huile de foie de morue…,
    • le chocolat noir.
  • les anti-oxydants naturels, pour éliminer les toxines : 
    • les fruits rouges,
    • le melon, l’abricot,
    • les légumes verts s’ils sont cuits sans huile : brocolis, artichauts, épinards…,
    • les poissons gras,
    • les fruits de mers,
    • les amandes.
  • l’eau : boire 1,5 litre d’eau par jour au minimum
  • Attitudes alimentaires :
    • limiter le sucre, qui stagne dans le système digestif et créé de l’inflammation,
    • bannir les produits industriels, saturés en sucre.

Les thérapies alternatives pour aider à tomber enceinte

Certaines médecines douces ont d’excellents résultats sur la fertilité :

  • la réflexologie périnatale

Cette thérapie est déjà connue pour apporter du confort aux patientes qui souffrent de troubles gynécologiques, comme l’endométriose par exemple. En cas d’infertilité, c’est une excellent traitement naturel et alternatif à la médecine traditionnelle.

A savoir également, le thérapeute pourra également vous accompagner si vous débutez un protocole en PMA.

Lors de la consultation de naturopathie ou de réflexologie pour infertilité, on réalisera un travail complet. Pour commencer, on vous posera un grand nombre de questions portant sur vos antécédents médicaux, notamment gynécologiques et digestifs (Avez-vous des douleurs ou des saignements abondants pendant vos règles ? Avez-vous des antécédents d’IST ? Avez-vous subi une chirurgie abdominale ?) et sur vos habitudes de vie (emploi, alimentation, activité sportive, qualité du sommeil…).

Certaines questions pourront vous paraître comme n’étant pas en lien avec votre infertilité. Il faut garder à l’esprit que ses thérapies alternatives apporte un accompagnement global et qui s’intéresse à toutes les problématiques que vous avez pu vivre dans votre vie. En effet, celles-ci peuvent influencer votre présent sans que vous en ayez conscience.

Par la suite nous allons :

  • travailler sur tous les systèmes circulatoire, lymphatique et nerveux, également sur vos organes reproducteurs (afin de leur assurer une vascularisation et une innervation optimales,
  • Travailler sur le système nerveux va aider d’autant plus que, comme expliqué précédemment, les hormones sexuelles (oestrogènes, progestérone et testostérone) sont sous le contrôle d’autres hormones : LH et FSH. Ces dernières sont sécrétées au niveau de l’hypophyse, glande située dans le cerveau. Des contraintes au niveau du crâne peuvent avoir des conséquences sur la sécrétion de ces hormones.
  • On portera aussi attention à votre état émotionnel, car celui-ci influence énormément votre fertilité, tout comme votre corps et votre bien-être en général.
  • la naturopathie :

Le naturopathe utilise des principes d’auto-guérison que chacun possède. Grâce à des méthodes douces, il va réaliser un bilan afin de s’adapter à vos contraintes de vie personnelles et vous donner des conseils personnalisés en nutrition, en phytothérapie, en réflexologie… Dans le cadre de l’infertilité, le thérapeute a pour objectif de corriger les déséquilibres hormonaux, de régulariser les cycles, et chez l’homme, d’améliorer la qualité de son sperme.

Cette thérapie est également très bénéfique pour aider à gérer son stress.

  • l’homéopathie :

Cette thérapie a également montré ses preuves en cas d’infertilité. Selon le traitement proposé, l’homéopathe pourra :

La gestion du stress

  • régulariser les cycles,
  • améliorer l’équilibre hormonal,
  • améliorer la qualité de l’endomètre et préparer l’implantation du futur embryon,
  • améliorer la qualité de la glaire cervicale,
  • accompagner un protocole de PMA
  • La gestion du stress :

Le stress a des effets négatifs sur l’ensemble de votre corps. Il peut avoir des impacts sur votre fertilité. Ainsi, l’infertilité peut être causée par un désordre émotionnel et cela doit être envisagé, notamment lorsque l’infertilité est inexpliquée. De plus, la prise en charge de l’infertilité, les protocoles de PMA, les échecs, sont sources de stress. Dans ce contexte difficile, il est important de garder du temps pour soi et d’avoir une activité qui vous permette de vous ressourcer et de vous libérer de ce stress. Voici quelques aides que vous pouvez envisager :

  • garder une activité sportive : cela fera du bien à votre corps et à votre esprit, en pratiquant une activité que vous appréciez,
  • les activités physiques douces : le yoga, le Qi Gong,
  • les médecines douces : l’homéopathie, la naturopathie, l’acupuncture, la sophrologie et l’hypnose,
  • être suivi(e) par un psychologue.
  • Une libido équilibrée :

Dans beaucoup de cas l’infertilité impacte la vie du couple ainsi que sa libido.., ce dernier n’ayant plus les mêmes attentes lors des rapports sexuels, en particulier, dans le cadre des protocoles PMA. Cependant, une sexualité épanouie aura des bénéfices sur votre état émotionnel et celui-ci sur votre fertilité. Pour cela, n’hésitez pas à consulter un sexologue qui pourra vous conseiller.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :