Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Naturopathie

Les pertes vaginales sont à surveiller en période de conception

La plupart des femmes ne prêtent pas attention à leurs pertes vaginales, sauf quand elles laissent des tâches dans les sous-vêtements. Pourtant vos pertes ont un rôle conséquent à jouer quant à la hausse de vos chances de tomber enceinte. Les écoulements changent au cours du cycle menstruel, et si vous ignorez ces changements, vous passerez à coté de précieuses informations pouvant vous permettre de tomber enceinte plus rapidement.

Qu’est-ce que l’écoulement vaginal ?

Les écoulements vaginaux sont un terme générique pour désigner toutes les saletés qui s’écoulent de votre vagin. Ces écoulements jouent un rôle majeur dans le processus de nettoyage du vagin, pour empêcher les infections, éliminer les vieilles cellules, et obtenir une grossesse.

Les glaires cervicales sont un type d’écoulements récurrent au cours du cycle menstruel. Ces glaires traversent des changements prévisibles tout au long du cycle. Ce n’est pas la même chose que le liquide lié à l’excitation, autrement dit quand la femme est « humide ». Ce liquide peut rendre les rapports sexuels plus confortables et agréables, mais ne possède pas les propriétés de hausse de la fertilité qu’on prête aux glaires cervicales.

La grossesse, l’allaitement, et les infections peuvent aussi influencer la consistance, la couleur et l’odeur des écoulements. Cependant, on se concentrera sur les variations normales des glaires cervicales au cours du cycle.

Pourquoi les glaires cervicales ont-elles un rôle à jouer dans la conception ?

Pendant presque tout le cycle menstruel, le vagin est acide et donc hostile au sperme. Mais quand la bonne sorte de glaires cervicales est présente, elles nourrissent les cellules de la semence et les aident à survivre plus longtemps dans l’appareil génital. De plus, le « bon » type de glaires est présent dans les jours qui précèdent l’ovulation : juste à temps pour aider le sperme à atteindre l’ovule.

Et c’est grâce à l’œstrogène que le corps d’une femme fait en sorte que le bon type de glaires soit présent au moment opportun. Pour qu’il y ait ovulation, le niveau d’œstrogène doit augmenter. C’est aussi grâce à cette hausse d’œstrogène que les glaires cervicales sont de la bonne qualité non-hostile au sperme.

Comment les glaires cervicales changent-elles au cours du cycle ?

Quand les règles se terminent, la plupart des femmes n’ont que très peu de glaires. Mais plus on se rapproche de l’ovulation, plus la quantité et la qualité des glaires changent. En général, les femmes observent que ces glaires passent d’un état épais/opaque/collant à un état plus crémeux, puis un état doux/clair/extensible, voire aqueux. Ces changements de consistance résultent de l’augmentation de la proportion d’eau. D’ailleurs, les glaires cervicales les plus fécondes avant l’ovulation sont constituées à 96% d’eau !

Même en observant ces changements de consistance de vos glaires cervicales, vous pourriez ne pas remarquer un changement moins perceptible : l’acidité de vos glaires diminue au fur et à mesure qu’on se rapproche de l’ovulation. Pendant presque tout le cycle, les glaires sont acides et hostiles au sperme. Mais dans les jours qui précèdent l’ovulation, l’acidité des glaires diminue.

Ensemble, la teneur en eau élevée et la faible acidité font de l’appareil génital un endroit plus accueillant pour le sperme, lui permettant de survivre plus longtemps.

L’œstrogène est à l’origine de ces changements. Son niveau augmente pour se préparer à l’ovulation, provoquant l’augmentation de la teneur en eau et la baisse de l’acidité des glaires cervicales. Cela fait de l’appareil génital l’endroit le plus accueillant possible pour le sperme.

Comment les glaires cervicales peuvent-elles vous aider à tomber enceinte plus rapidement ?

Les glaires cervicales permettent de vous prévenir que vous allez bientôt ovuler. Avoir des rapports sexuels les jours précédant l’ovulation est l’un des meilleurs moyens d’augmenter vos chances de tomber enceinte.

De nombreuses femmes attendent un pic d’hormone lutéinisante (qui se voit grâce à un test urinaire) pour avoir des rapports sexuels, mais cette stratégie peut vous mener à avoir des rapports trop tard pendant votre cycle, c’est-à-dire quand vos jours les plus fertiles se sont déjà écoulés. Comme les glaires cervicales ont tendance à changer de consistance plusieurs jours avant qu’un test d’ovulation puisse s’avérer positif, c’est un excellent indicateur du début de votre période la plus fertile. Une bonne règle de base est d’avoir des rapports sexuels dès que vous remarquez des glaires cervicales fécondes, même si vous n’avez pas encore obtenu de test d’ovulation positif.

Comment détecter les changements au niveau de vos glaires cervicales ?

Vous pouvez soit faire un examen externe, c’est-à-dire en observant le fond de votre culotte ou le papier toilette après vous être essuyée, soit un examen interne, en insérant un doigt dans votre vagin et en le frottant contre le col de l’utérus.

Certaines femmes secrètent de grandes quantités de glaires qu’il est alors facile d’observer dans les sous-vêtements ou sur du papier toilette. D’autres en secrètent moins, ainsi il peut être difficile de les observer sans examen interne. Pour l’examen interne, insérez deux doigts (propres !) dans votre vagin jusqu’à ce que vous atteigniez une petite bosse. Il s’agit du col de votre utérus. Pour « récolter » des glaires, frottez doucement cette petite bosse avec vos doigts.

Quelle que soit la manière de « récolte » des glaires, examinez-les sur vos doigts : les glaires les plus fécondes sont claires et douces et peuvent généralement s’étendre entre les doigts sans se déchirer (ou être si aqueuses qu’elles ne s’étendent pas du tout).

Comment savoir si vous sécrétez suffisamment de glaires cervicales ?

Certaines femmes pensent que si elles n’observent pas souvent de glaires au fond de leurs sous-vêtements et qu’elles sont obligées de faire un examen interne pour connaitre la consistance de leurs glaires, c’est parce qu’elles n’en sécrètent pas assez. Pourtant, le volume de glaires cervicales que vous observez n’est pas un bon moyen de déterminer si vous en sécrétez suffisamment pour tomber enceinte.

L’important, ce sont les glaires qui se trouvent là où elles devraient être : au niveau du col de l’utérus. Et le volume de glaires que vous retrouvez dans votre culotte ou lors d’un examen interne n’est pas un bon indicateur de ce qu’il se passe réellement au niveau de votre col. Avoir la possibilité de faire un examen externe est la seule conséquence d’une sécrétion importante de glaires, cela ne signifie pas que vous êtes plus fertile qu’une femme obligée de réaliser un examen interne.

Une quantité insuffisante de glaires cervicales peut affecter les chances de concevoir, car des glaires cervicales fécondes altèrent la viscosité et le pH du col de l’utérus ce qui aide le sperme à survivre et mûrir, mais la situation de vos glaires peut être tout à fait normale même si vous n’en observez pas beaucoup tout au long du cycle.

Comment puis-je augmenter ma quantité de glaires cervicales ?

Pour commencer, essayez de relativiser : ce n’est pas parce que vous ne voyez pas beaucoup de glaires cervicales que vous n’en sécrétez pas assez. Si vous sécrétez suffisamment d’œstrogène pour ovuler, il y a de grandes chances pour que vous ayez bien des glaires cervicales au niveau du col, même si vous ne les voyez pas.

Cependant, si vous êtes bien décidée à augmenter votre quantité de glaires, il existe plusieurs méthodes. Vous trouverez ci-dessous une liste des méthodes dont l’efficacité a été prouvée, ainsi qu’une liste de celles qui proviennent de sources douteuses et ne fonctionnent pas. Il est aussi important de noter que même si ces méthodes permettent d’augmenter votre sécrétion de glaires cervicales, elles n’influent pas sur la qualité de celles-ci. Et il n’existe pas de véritables preuves que ces méthodes augmentent vos chances de concevoir.

Les méthodes prouvées :

  • Bien s’hydrater. Les glaires cervicales sont majoritairement constituées d’eau, et plus elles sont fécondes, plus leur teneur en eau augmente. Bien s’hydrater peut permettre d’augmenter la quantité de glaires, car plus elles sont aqueuses et plus vous sécrétez de protéine mucine, plus les glaires sont claires et facilitent le passage du sperme.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :