Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
woman with sanitary pad in studio
Naturopathie

Absence de règles, les causes ? Mes solutions !

De plus en plus de femmes de 15 à 35 ans, toque à la porte de mon cabinet, car leurs règles se sont stoppées du jour au lendemain sans raison physiologique.

Absence de règles ? Aménorrhée ? c’est quoi ?

L’aménorrhée secondaire est l’arrêt des menstruations chez une femme normalement réglée. Excepté en cas de grossesse, d’allaitement ou de ménopause, cette interruption doit faire l’objet d’une consultation médicale. 

Qu’est-ce que l’aménorrhée secondaire ?

Contrairement à l’aménorrhée primaire qui se traduit par une absence de survenue des règles après l’âge de 16 ans, l’aménorrhée secondaire correspond à une interruption du cycle menstruel chez la femme préalablement réglée. Elle touche 2 à 5% des femmes, aujourd’hui je dirais même plus.

Des règles régulières témoignent du bon fonctionnement du processus ovulatoire et de l’appareil reproducteur féminin. En dehors de la grossesse, de l’allaitement et de la ménopause, qui entraînent une interruption naturelle du cycle menstruel, tout arrêt des règles au-delà de 3 mois est anormal.

Les causes de l’aménorrhée secondaire

L’aménorrhée secondaire est le plus souvent causée par une pathologie dite « acquise », c’est-à-dire non génétique. Les causes sont multiples :

Causes utérines

une sténose cicatricielle du col de l’utérus, des adhérences dans la cavité utérines, des antécédents gynéco-obstétricaux (chirurgie utérine, curetage, IVG…).

Causes ovariennes

une insuffisance ovarienne (ou ménopause) précoce, c’est-à-dire celle survenant avant 40 ans. Elle s’accompagne de bouffées de chaleur, d’une augmentation du taux de FSH et de LH dans le sang et d’une diminution du taux d’œstradiol. 

Causes hypophysaires

une atteinte de l’hypophyse peut causer une aménorrhée. C’est notamment le cas de l’adénome (tumeur bénigne) de l’hypophyse, qui entraîne une production trop importante de prolactine, une hormone intervenant dans la lactation. Conséquence de cette surproduction : une production anormale de lait par les glandes mammaires, des troubles du cycle, voire l’arrêt des menstruations. 

Causes médicamenteuses

les médicaments comme certains neuroleptiques (les antidopaminergiques, qui entraînent une hausse de la prolactine), les contraceptifs macroprogestatifs et les corticoïdes oraux, de même que les traitements agressifs contre le cancer (chimiothérapie, radiothérapie) peuvent entraîner une aménorrhée.

Causes endocriniennes

un syndrome des ovaires polykystiques, une hyperthyroïdie, un diabète.

Autres causes

le port du stérilet hormonal, une importante perte de masse graisseuse chez les sportives de haut niveau, une carence nutritionnelle, un amaigrissement extrême (anorexie), un excès pondéral, un choc psychologique, un stress ou une dépression, l’arrêt de la pilule.

Ne pas confondre aménorrhée secondaire et cycle long

Si vous avez des règles espacées de plus de 28 jours mais qu’elles sont régulières, vous avez peut-être simplement un cycle plus long que la normale.

Il n’est effectivement pas rare que des femmes aient un cycle d’une durée allant jusqu’à 35 jours, voir même 40 jours de temps en temps.

Comment le diagnostiquer ?

En présence d’aménorrhée, le diagnostic consistera en premier lieu à écarter une grossesse. Ensuite, un interrogatoire de la patiente sera effectué pour orienter le diagnostic :

  • description de l’apparition de l’aménorrhée, de son ancienneté, de ses caractéristiques,
  • prise de certains médicaments,
  • présence d’éventuels symptômes (bouffées de chaleur, douleurs pelviennes, signes d’hyperandrogénie dans le cas de SOPK…),
  • antécédents gynéco-obstétricaux,
  • changement de mode de vie (prise ou perte de poids, choc ou difficultés psychologiques…).

Une enquête nutritionnelle et des examens complémentaires peuvent également être réalisés. Par exemple, si une ménopause précoce est suspectée, un test aux progestatifs et un dosage hormonal seront réalisés, de même qu’une échographie pelvienne pour rechercher une atrophie de l’endomètre et une faible réserve ovarienne, signes typiques de la ménopause.

En cas de pratique d’un sport à haut niveau, un suivi pluridisciplinaire faisant intervenir différents acteurs (médecin, psychologue sportif, nutritionniste…) est nécessaire.

Pas un, mais des traitements, mes solutions naturelles

L’aménorrhée secondaire est le plus souvent réversible. Il n’existe pas de traitement unique, puisque la prise en charge de l’aménorrhée secondaire dépend de son origine. En Naturopathie, J’utilise les fleurs de bach, la phytothérapie, les oligo-éléments et certains minéraux, régulation hormonale en réflexologie plantaire, l’homéopathie est aussi une bonne option, en complément d’un accompagnement en nutrition.

Cependant quand il s’agit d’une anomalie “physique” utérine, il faut parfois passer par la chirurgie.

Prévenir l’aménorrhée secondaire

De manière générale, une bonne hygiène de vie permet de tenir certaines causes d’aménorrhée secondaire à distance :

  • Une alimentation saine et équilibrée afin d’éviter des carences nutritionnelles.
  • Le maintien d’un poids de santé, c’est-à-dire avec un Indice de Masse Corporelle (IMC) compris entre 18 et 25. Le calcul de l’IMC s’effectue en divisant son poids en kilos par sa taille en m2Exemple : une personne mesurant 1m65 et pesant 60 kg aura un IMC de 60 / (1,65)= 22.
  • Une bonne gestion du stress.
  • Une activité sportive régulière mais modérée ou encadrée.

Source : Gynandco

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :