Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Naturopathie

Quand le stress est la cause de l’infertilité

Il est indéniable que le stress dans l’infertilité peut jouer un rôle prépondérant. Médecins et spécialistes s’accordent à le constater et à prendre au sérieux la qualité de vie physique et psychique, du couple en devenir parental : ses fréquences de transport, son habitat et son confort, ses habitudes alimentaires ou encore ses horaires de sommeil font partie de cette hygiène de vie. Tout comme un stress plus ou moins acceptable, par des femmes et hommes plus ou moins résistants ou sensibles à leur bien-être, au quotidien comme au travail. Les relations familiales et l’entourage compte aussi beaucoup dans la gestion du stress. Et en tant que Naturopathe je suis là pour vous guider vers cette hygiène de vie idéale.

Dans le cadre de l’infertilité, le stress peut-il être à l’origine de problèmes de reproduction ?

Mille et une raisons d’être stressé

Quant la procréation devient programmée , l’homme qui ressent ce stress et la pression que la femme lui impose pour ne pas rater le bon jour : il ressent alors dans son corps qu’une inhibition et non une stimulation sexuelle . L’homme ne peut pas simuler son érection et toute pression le conduit à un acte dirigé presque subi et non naturel et fantasmatique. Il n’arrive plus à désirer sa femme et à être un partenaire efficace dans le projet procréatif parental.
Ce n’est pas l’idée de faire un bébé qui provoque l’érection mais de désirer sa femme. Inhibé par la pression du « timing », il deviendra un partenaire passif avec un libido en baisse.

Trop penser à tomber enceinte, générateur de stress et d’infertilité psychologique

L’infertilité, psychologique ou non, modifie l’intention du rapport qui n’est plus pour le plaisir mais pour « faire un bébé ». Chez la femme l’attitude passive n’est pas nuisible à sa reproduction. Par contre l’homme lui ne peut pas simuler son érection, d’où la forte pression de rester performant malgré la pression. Qui dit pression dit stress ou même dépression, qui dit obligation dit stress qui dit performance dit stress ! Et qui dit stress dit parfois infertilité psychologique…

Vite, j’arrête de trop penser à tomber enceinte !

Pour un pianiste il y a les gammes à faire tous les jours pour être naturel et prêt pour le jour de l’audition ! Ainsi devraient se passer les moments intimes entre les partenaires. S’entrainer juste pour le plaisir d’éprouver un maximum de désir de recommencer le plus souvent possible pour se sentir en pleine forme durant le cycle ovulatoire sans pression émotionnelle. J’arrête de trop penser à tomber enceinte, et je m’entraîne au plaisir !

L’état émotionnel de la future maman

Les hormones

Chaque individu possède ses propres capacités à gérer son stress et les répercussions sur l’organisme sont variables d’une femme à l’autre. Le stress entraine la libération d’hormones comme le cortisol ou la prolactine pouvant interférer sur l’ovulation. Enfin les catécholamines libérées agissent comme vasoconstricteur et altèrent la vascularisation utérine avec une diminution de l’implantation ou un risque accru de fausse couche. De ce stress découle l’infertilité psychologique liée aux perturbations hormonales induites par le stress.

Le futur papa 

Le stress, les spermatozoïdes et la fertilité

Le stress et l’infertilité masculine peuvent-ils être liés ? 

Le stress peut également réduire la quantité et la qualité des spermatozoïdes. Son désir est restreint s’il travaille trop, qu’il subit de trop grandes attentes ou pressions de la part de son entreprise, de son supérieur ou de sa femme. S’il se met la barre trop haute et que le défi qu’on lui impose le submerge. Il n’osera souvent même pas le dire et préférera se refermer comme une huitre avec le sentiment de ne pas être compris et estimé à sa juste valeur. Ce n’est pas parce que ce n’est pas lui qui porte l’enfant ou endure les traitements qu’il ne souffre pas dans sa chair et ne culpabilise pas devant le fait de ne pas pouvoir être un « mal comblant » et à la hauteur de la situation… Plus l’homme stresse, plus il est infertile, plus il se sait infertile plus il stresse ! Il est important d’avoir des rapports sans sentiment de stress et de fatigue de sa journée. Le week- end et les vacances sont les meilleures pèriodes pour s’adonner à l’amour en toute quiétude

Les solutions

Les priorités

Se poser les bonnes questions :

  • Quel Désir de grossesse ?
  • Quelles envies, angoisses et frustrations ?
  • Composition de la fratrie et antécédents familiaux
  • Le couple de patients a t il été désiré en tant que garçon ou fille par sa mère ? Par son père ?
  • Est-il bien à sa place dans sa sexualité ?
  • La légitimité du couple, compatibilité ?

Ensuite, aider le couple à :

  • Prendre conscience de Projections parentales conscientes et inconscientes
  • Evaluer sa Libido et sa sexualité
  • Devenir et Rester un couple harmonieux
  • Lister les Difficultés récurrentes de fécondation dans le couple pour Devenir parents

Le stress occasionné par la vie en général et par certaines étapes de vie en particulier demeure aujourd’hui un des facteurs de risque fréquent de l’infertilité.

J’utilise souvent la phytothérapie liée à la sophrologie pour agir sur le stress, les hormones et la libido.

N’hésitez pas à me contacter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :