Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Naturopathie

Je mets quoi dans mon caddie pendant le confinement ?

Depuis plusieurs jours maintenant, la France – et le monde – est en confinement quasi-total. Du coup, bloqué entre nos quatre murs, la cuisine s’avère une échappatoire ludique, qui peut occuper les enfants, mais aussi une activité gourmande qui permet de garder le moral. Mais du coup, on met quoi sur sa liste de courses ?

Je prends quoi au rayon fruits et légumes : tout ce qu’on veut ! Des carottes, des courges, des champignons, des choux, des épinards, des bananes, des agrumes, ou encore des pommes et des poires, pour faire le plein de vitamines, notamment la C et la provitamine A (bêta-carotène) qui agissent respectivement sur l’anti-oxydation des cellules de l’immunité et qui stimule la fabrication des anticorps. On peut les acheter en version fraîche mais aussi surgelée.

Je prends quoi au rayon crémerie : beurre et fromage, pour leur apport en calcium, mais aussi en vitamine A. Si on garde en tête qu’il ne faut pas abuser sur les quantités (difficile, mais faisable) on peut quand même se faire plaisir. La cancoillotte par exemple est idéale pour celles et ceux qui font attention à leur ligne, et se fait fondre à tout va sur des légumes rôtis, des pommes de terre vapeur, ou simplement des pâtes. Le fromage de chèvre frais est parfait aussi en tartines avec quelques pousses et herbes ciselées. Quant aux fromages affinés – incontournables – on s’en sert pour préparer des gratins, croque-monsieur, et autres joyeusetés fromagères.

On peut aussi prendre de la crème, allégée ou non, fleurette ou fraîche, source de calcium, qui sera parfaite pour l’élaboration de desserts gourmands. Et on n’oublie pas de prendre du lait, végétal ou animal, qui entre dans la composition de nombreux desserts et gâteaux maison.

Je prends quoi au rayon yaourt : yaourts nature, à base de lait animal ou végétal, qui sont parfaits pour accompagner le granola du matin, ou à glisser dans une pâte à gâteau par exemple.

Je prends quoi au rayon viande / poisson : bœuf, veau, poulet, poissons gras, crustacés, peu importe que la protéine soit animale ou végétale, notre organisme en a besoin pour fonctionner grâce à son action à différents niveaux : réponse immunitaire, transport de l’oxygène dans l’organisme ou encore digestion. On garde aussi en mémoire que ces produits se congèlent à la perfection. Pour le grammage idéal, pas d’inquiétude, les protéines doivent représenter 1/3 de l’assiette (il suffit de schématiser le signe « Peace and love » dans l’assiette pour aller plus vite). Évidemment, on complète avec des œufs, ultra-faciles à préparer, qui se conservent un moment, et peuvent se cuisiner mollets, au plat, durs, à la coque, brouillés, ou en omelette. Autant dire qu’on va avoir le temps d’expérimenter de nombreuses recettes.

Je prends quoi au rayon épicerie salée : pâtes, riz, ou légumineuses, qui vont nous apporter des glucides, qui sont le carburant de notre organisme et en plus ça cale (mais il ne faut pas manger que ça !). Côté quantités, les glucides doivent représenter 1/3 de l’assiette. A compléter avec de l’huile (indispensable) ou encore éventuellement des épices, du vinaigre ou de la moutarde pour donner du goût à nos plats.

Je prends quoi au rayon épicerie sucrée : sucre, farine, levure, chocolat pâtissier, miel, bref, tout ce qui peut servir à préparer un gâteau tout simple, car on n’oublie jamais la gourmandise. On est confinés certes, mais on n’est pas entrés au couvent pour autant ! On peut aussi prendre une tablette de chocolat noir, à croquer dès que l’envie s’en fait ressentir.

Je prends quoi au rayon petit-déjeuner : granolas ou mueslis non sucrés (attention aux céréales trop riches qui sont bien souvent de fausses amies). Et si on aime mettre la main à la pâte, on prépare son propre granola maison en utilisant des flocons de céréales divers (avoine, épeautre, blé, seigle, orge, riz), ainsi on peut gérer la quantité de sucre de notre préparation. On ne vous apprend rien, quand c’est fait maison, c’est toujours meilleur !

Je prends quoi au rayon boulangerie : pain (peu importe la forme) qui se congèle à la perfection. On peut aussi anticiper et prendre quelques viennoiseries, à congeler pour le week-end, ou de la brioche. De plus, que ce soit le pain ou la brioche, une fois durs et rassis, on les transforme en délicieux pain perdu. Rien ne se perd, tout se transforme en cuisine.

En définitive, quand on va faire ses courses, on pense : quels sont les aliments que j’ai l’habitude de consommer et cuisiner ? Dans tous les cas, il est préférable d’acheter des produits bruts, non cuisinés, pour les customiser à l’envi, toujours dans le cadre de l’équilibre alimentaire. Et si on a du mal à se raisonner avec certains produits tentants, on les achète en quantité raisonnable. 10 paquets de palets bretons ou 3 kg de Nutella chez soi quand on est un bec sucré invétéré, cela peut vite devenir compliqué. On reste donc raisonnable et malin.e dans ses achats, et inventif.ve dans ses préparations.

Vous pouvez suivre mes recettes sur le sit, bonne course 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :