recette healthy
Naturopathie

Que ton aliment soit ton médicament …

Et si les aliments étaient les médicaments de demain ? Les nutrithérapeutes utilisent leurs principes actifs pour pallier et prévenir les maux du quotidien.

«  Que ton alimentation soit ton seul médicament », disait déjà Hippocrate. Des études pratiquées aux États-Unis (les Américains étant de grands consommateurs de compléments alimentaires) ont mis en  évidence des effets négatifs d’une prise continue et cumulative de compléments alimentaires.

LA NUTRITHÉRAPIE EST-ELLE RECONNUE PAR LA MÉDECINE TRADITIONNELLE  ?

L’idée même que l’alimentation intervienne de façon évidente dans l’état de santé de chacun ne date pas d’hier. En France, la mise en place d’une politique nutritionnelle est apparue, au cours des dernières années, comme une priorité de santé publique à travers le Programme national nutrition santé (PNNS). Celui-ci a pour objectif d’améliorer l’état de santé de la population en agissant sur la nutrition. Aujourd’hui, nombreux sont les médecins allopathes qui délivrent dans leur cabinet des conseils alimentaires à leurs patients et prescrivent vitamines, minéraux et autres compléments alimentaires quand ils le jugent nécessaire.

NUTRITION ET NUTRITHÉRAPIE, C’EST LA MÊME CHOSE  ?

Pas tout à fait, même si de nombreux liens existent entre ces deux médecines.

La nutrition est une science qui analyse les rapports entre les aliments et la santé et  permet de proposer des recommandations alimentaires ou médicales visant à maintenir le corps humain en bonne santé. Elle vise principalement les patients atteints de maladies où l’alimentation joue un rôle important : surpoids, obésité, diabète, maladies cardio‑vasculaires, maladies digestives, cancer… La nutrithérapie, née aux États-Unis il y a plus de cinquante ans, utilise les compléments alimentaires et surtout les « aliments plus », c’est-à-dire assez riches en principes actifs pour avoir des effets thérapeutiques à court terme. « En clair, explique le nutrithérapeute Jean-Paul Curtay, la nutrithérapie utilise certains aliments et nutriments comme des médicaments, pour leurs effets pharmacologiques, indépendamment de tout déficit. » Cette médecine vise à optimiser la santé, les performances physiques et intellectuelles, retarder les effets du vieillissement, prévenir et traiter les maladies tels le stress et l’anxiété.


ET C’EST DIFFÉRENT DE LA MICRONUTRITION ?

La micronutrition est également une approche médicalisée de la nutrition. Elle s’intéresse à l’impact des micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments, acides gras, probiotiques…) sur la santé et vise à optimiser leur statut dans l’organisme. Partant du principe qu’une alimentation, même bien équilibrée, ne suffit pas à répondre de façon adaptée aux besoins spécifiques d’une personne, la micronutrition étudie alors l’impact des microconstituants sur le fonctionnement de chaque organe, pour ensuite traiter ou prévenir des maladies. Par exemple, c’est en étudiant la micronutrition de l’œil que les médecins et chercheurs ont mis en évidence le rôle des acides gras oméga 3 pour ralentir la dégénérescence maculaire liée à l’âge.

A-T-ELLE DES ARMES PRIVILÉGIÉES  ?

Lors de la consultation, le médecin nutrithérapeute peut détecter certaines carences  : la fatigue, les crampes sont souvent liées à un manque de magnésium, la peau sèche et sensible est synonyme de manque d’oméga 3 ou de douches trop chaudes, de conditions climatiques rudes… Il utilisera alors les vitamines, les minéraux, les oméga 3 ou encore les oligoéléments pour les traiter, en association avec une alimentation à base « d’aliments soigneurs ». Parmi les compléments alimentaires le plus souvent prescrits, on retrouve  :

Le magnésium

C’est l’un des minéraux dont nous manquons le plus alors qu’il intervient dans plus de 300  réactions de l’organisme : cela explique pourquoi une simple déficience provoque de nombreux effets désagréables  : fatigabilité, moindre résistance au stress, crampes, douleurs musculaires, maux de tête, troubles digestifs, insomnies… Si on le trouve dans certains produits (pilpil de blé, soja, coquillages, noix de cajou, amande, flocons d’avoine, épinards crus, chocolat…), l’alimentation à elle seule ne peut répondre à nos besoins, sans compter qu’il part souvent dans nos urines. Un complément liposoluble, associé à des fixateurs pour faciliter son absorption par l’organisme, est ainsi souvent conseillé.

Les oméga 3

Leurs bénéfices sont nombreux  : ils favorisent la circulation des globules rouges et la distribution de l’oxygène, ils réduisent les graisses circulant dans le sang (triglycérides) et les risques de surpoids, ils sont cardio-protecteurs, ils participent à réduire le stress… On les retrouve dans l’huile de noix, de colza, la mâche, la laitue, les poissons gras (sardine, saumon, thon…), mais nos besoins ne sont pas toujours couverts.

Les vitamines

Les seniors présentent souvent une carence en vitamine B6, laquelle stimule l’immunité. S’ils ne s’exposent pas suffisamment au soleil, les jeunes peuvent avoir un déficit en vitamine D alors qu’elle est indispensable à la bonne minéralisation de leurs os. Là  encore, le médecin prescrit des vitamines pour pallier les carences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :