Naturopathie

Fiche conseil alimentation pendant la grossesse

La surveillance alimentaire de la femme enceinte a pour but d’assurer l’apport en nutriments nécessaire au bon développement du fœtus et à l’équilibre de la mère.La prise de poids recommandée en moyenne se situe entre 9 et 12 kg, il faut bien sur considérer ces chiffres comme une moyenne, et tenir compte de la physiologie de chaque patiente.

Une prise de poids trop importante peut entrainer des conséquences graves telles que :

• Lésions rénales

• Certaines toxémies (Hypertension artérielle + albuminémie)

• Complications à l’accouchement

Une prise de poids trop faible peut aussi avoir des conséquences, notamment sur le développement du fœtus (poids/taille)

Modifications physiologiques liées à la grossesse :

• Métabolisme de base :

Le métabolisme de base se définit comme la dépense énergétique minimale dont le corps a besoin pour survivre (au repos).

Durant la grossesse, ce métabolisme est augmenté d’environ 15 à 20%, et le système endocrinien joue le rôle de régulateur des réserves :

Chez les femmes maigres, le métabolisme diminue pour garder assez d’énergie pour la grossesse.

Chez les femmes fortes ou en suralimentation, il augmente car le niveau de réserves adipeuses est important et peut être dépensé.

• Métabolisme hydrique :

Durant la grossesse, la rétention d’eau peut aller de 1litre en moyenne pour une grossesse normale, jusqu’à 20 litres pour certaines grossesses pathologiques, une surveillance médicale accrue étant alors nécessaire (perturbation du métabolisme minéral)

• Modification du système digestif :

1er trimestre : Caractérisé par les nausées et vomissements (50% des patientes).

Ces nausées ne surviennent pas en post prandial mais plutôt à jeun, car elles sont dues aux sécrétions hormonales, il est donc nécessaire de manger après les vomissements.

2ème trimestre : ralentissement du système digestif du à la compression des organes, Pyrosis (brulures gastriques) on recommandera des repas légers plus souvent dans la journée + position semi-allongée après les repas.

3ème trimestre : possibilité de constipation essentiellement liée au manque d’activité physique.

• Modification de la circulation sanguine :

En fin de grossesse, la masse sanguine est augmentée d’environ 25%, avec comme conséquence une diminution du fer sérique par hémodilution. Il faudra donc prescrire un supplément pour éviter une anémie après accouchement.

Apports nutritionnels conseillés

En moyenne on recommande :

– 1er trimestre : 150 kcal supplémentaires par jour

– 2ème/3ème trimestres : 250 kcal supplémentaires par jour

• Besoins en protéines :

Les protéines permettent de couvrir :

– La croissance fœtale

– Les besoins liés au placenta

– L’augmentation du volume de l’utérus, des seins et du volume sanguin

– Une mise en réserve destinée à l’allaitement (3 dernières semaines)

On recommande un apport quotidien de 10gr supplémentaires par jour durant toute la grossesse, soit 1,5gr de protéines par kg/jour , avec un rapport de 50% de protéines animales / 50% de protéines végétales.

• Besoins en lipides :

Les besoins en lipides changent peu, on reste avec une recommandation de 30 à 35% l’énergie totale quotidienne.

Il faudra surtout recommander de respecter le rapport de 10 % d’acides gras essentiels (omégas 3 et 6)

• Besoins en glucides :

Comme avant la grossesse, on conserve 50 à 55% de glucides avec 2/3 de glucides lents et 1/3 de glucides rapides au maximum.

(Sauf cas d’hyperglycémie ou diabète gestationnel)

– Fibres : Pour limiter la constipation de la femme enceinte, on conseillera d’augmenter la consommation de fruits et légumes (la pectine et l’hémicellulose sont non agressifs pour les intestins) . En cas de constipation importante, il convient de consommer du son (pates et riz complets, pain au son, muesli…)

– Boire beaucoup, notamment un grand verre (eau ou jus de fruit au réveil) pour favoriser le réveil intestinal.

• Besoins en minéraux :

– Calcium : 1 à 1,5 gr /jour (lait, petit suisses, fromages à pate cuite, yaourts).

– Magnésium : 400 mg / jour (légumes verts, fruits secs, chocolat)

– Fer : 25 à 30 mg/jour (viande, poissons, œufs)

A noter, il est préférable de ne pas consommer les laitages au même repas que la viande, car le calcium empêche l’assimilation du fer.

En revanche, on recommandera de terminer les repas par des agrumes ou kiwi car la Vitamine C favorise l’assimilation du fer.

• Besoins en vitamines :

L’attention est portée particulièrement sur la Vit B9 ou Acide Folique, dont le rôle est primordial dans la multiplication des cellules. (la carence pouvant entraîner une anémie chez la mère, et des malformations chez le bébé, notamment le spina bifida)

Il faut noter que l’acide folique se dégrade à la chaleur, il est donc important de manger les aliments crus et de ne pas éplucher les fruits trop longtemps avant de les manger.

Aliments riches en vitamine B9 : légumes (salades, petits poids, mais, épinards) , fruits, œufs, amandes, noix, fromages fermentés.

• Besoins en eau :

L’apport hydrique doit être porté entre 2 à 2,5 par jour dont au moins 1,5 litres d’eau.

L’alcool est absolument interdit !!!! (même en quantité infime)

Conseils pratiques

• Aliments à déconseiller :

Produits sucrés / pâtisseries (consommation limitée)

Charcuteries

Thé et café

• Aliments interdits :

Coquillages et crustacés (risques de transmission de l’hépatite A)

Viandes crues ou peu cuites, poissons crus (risque de listériose)

Gibiers

• Dans la répartition des repas :

Il est préférable de fractionner la prise des repas, jusqu’à 6 repas par jours (légers) au lieu des 3 repas traditionnels).

Les premiers mois, il est important de manger après les vomissements (la digestion des aliments n’est pas altérée), pour éviter l’hypoglycémie.

En cas de pyrosis, il est conseillé de se reposer en position semi-allongée environ 15 minutes.

Evidemment, la grossesse est un état physiologique normal qui dépend de chaque femme (age, santé, activité, nombre de grossesses …). Ces conseils sont donc à adapter à la situation de chaque patiente, et ils sont plus qualitatifs que quantitatifs.

Le rôle du Naturopathe durant la grossesse est d’évaluer les caractéristiques de chaque patiente pour personnaliser les conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :