bienfait épices naturopathie
Naturopathie

Comment gérer vos intolérances alimentaires ?

Vous vous sentez fatigué, vous avez des ballonnements, des troubles du transit ou des maux de tête ? Peut-être est-ce une intolérance alimentaire ?

Tout le monde dit que c’est la « mode » du sans gluten. Mais les personnes intolérantes ont vraiment des symptômes gênants, voir handicapants, dûs au gluten.

De même pour les lactoses, moi-même j’ai dû me tourner vers des laits végétaux depuis plusieurs années et cela va beaucoup mieux.

Allergies ou intolérances alimentaires ?

Une allergie est une réaction immédiate.

L’aliment (antigène), dès qu’il est ingéré, entre en contact avec votre organisme, et est reconnu comme étranger et nocif par votre système immunitaire. Cela déclenche une réaction allergique instantanée et intense, les anticorps se mettent en route.

Les signes peuvent varier de simples rougeurs, démangeaison cutanée, diarrhée, larmoiement, éternuement, gonflement jusqu’à l’œdème de Quincke et choc anaphylactique qui peuvent devenir très graves. Les allergies alimentaires ne sont pas à prendre à la légère et sont décelées par des tests d’allergie cutanés ou sanguins. Dans ce cas, il vous est déconseillé, voir interdit de consommer cet aliment.

On parle d’intolérance alimentaire lorsqu’un aliment déclenche une série de maux ou de symptômes beaucoup moins intense, tels que des maux de tête, ballonnements, troubles du transit, fatigue, douleurs musculaires…

Il s’agit pourtant bel et bien d’une réaction dite allergique mais sous une forme différente, votre système immunitaire réagit de la même façon qu’une allergie mais avec des symptômes moins intenses et pas toujours immédiats.

Le problème de ces intolérances est qu’aujourd’hui on ne fait pas toujours le lien entre un état de fatigue, de déprime ou de douleurs et son alimentation.

Comment les dépister ?

Si vous soupçonnez une intolérance alimentaire, il existe une façon toute simple de la tester, et vous allez me dire pourquoi je n’y ait pas pensé avant…

Il s’agit d’ôter de son alimentation tout aliment soupçonné (les trois premiers étant le lait, le gluten et les œufs) sur une période de trois semaines en moyenne afin d’observer s’il y a diminution des symptômes.

Les problèmes d’intolérance alimentaire sont pourtant de plus en plus fréquents et de nombreux maux et maladies pourraient probablement être évités si chacun connaissait ses propres sensibilités.
Contrairement aux allergies, qui sont durables dans le temps, les intolérances alimentaires peuvent être modulées, voir guéries, si l’on traite la cause. On doit s’adapter à notre corps et non l’inverse.

Retrouver une bonne santé intestinale :

Une flore intestinale saine serait la clé pour remédier au développement  des intolérances. La raison de cette montée en flèche d’intolérants ces dernières années ? Trop de sucre, d’alcool, d’exposition aux polluants (additifs, conservateurs, pesticides, tabac…), la prise excessive d’antibiotiques et autres médicaments, mais aussi le stress qui ont un effet négatif sur notre flore intestinale. Aujourd’hui, plusieurs outils sont à votre disposition pour éviter certains additifs, par exemple l’application YUKA.

Tous ces facteurs engendrent un phénomène de déséquilibre du microbiote et d’hyper-perméabilité intestinale qui, à terme, nous rendent de plus en plus réactifs et intolérants aux divers aliments.

Une consultation chez le naturopathe peut vous aider à déceler ces intolérances et vous guider pour retrouver une alimentation adaptée et calmer les réactions inflammatoires.

Dans un premier temps, il faudra forcément passer par une période d’éviction des aliments déclencheurs, sur une durée de quelques semaines à plusieurs mois, selon la sévérité et la chronicité des symptômes.
Les aliments auxquels on trouve le plus grand nombre d’intolérances sont : les produits laitiers, le gluten, les œufs, les noix et fruits à coque, les crustacés, les champignons, etc…

Une alimentation à base de produits frais, de saison et de qualité ainsi que la diminution d’aliments ultra-transformés, de sucre, de sodas et d’alcool seront essentiels pour retrouver une bonne santé intestinale et calmer l’inflammation. Lorsqu’une intolérance alimentaire est avérée, ces modifications alimentaires permettent la disparition des symptômes assez rapidement avec le rétablissement de la santé, de l’énergie, du moral et de la perte du poids qui était en surplus.

Certains compléments alimentaires peuvent être conseillés de manière à accélérer le processus de guérison de l’intestin. Le zinc, par exemple, aide à régénérer la muqueuse de l’intestin afin de lui redonner intégrité et son rôle de barrière.

Dans les cas où les personnes souffrent aussi de flatulences et d’une flore pathogène, la chlorophylle ainsi que certaines huiles essentielles peuvent être indiquées pour lutter contre les déséquilibres de la flore.

Le naturopathe proposera un programme adapté à vos besoins.
Après plusieurs semaines ou mois de traitement, on pourra petit à petit réintroduire certains de ces aliments déclencheurs, en restant bien observateur de toute possible réaction.
Il s’agira de savoir trouver la quantité et la fréquence d’ingestion tolérée de ces aliments sensibilisants. Heureusement, en optant pour une alimentation plus saine et en favorisant une bonne santé intestinale, on peut tout à fait se remettre de ces intolérances et se remettre à manger un peu de produits laitiers ou de gluten, mais en petites quantités !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :