Naturopathie

Changer son assiette pour chasser ses allergies

En ce moment, les allergies sont innombrables, on parle d’allergies alimentaires, à des additifs dans les cosmétiques, certains insectes… mais aujourd’hui, mon pire ennemi est le POLLEN. Dur, de m’en débarrasser !

Mes conseils alimentaires pour chasser vos allergies

Eventuellement, un bilan des intolérances alimentaires peut être conseillé par un thérapeute pour connaitre les aliments qui font particulièrement réagir la muqueuse intestinale.  Ensuite, essayer de mettre un maximum de produits bio dans son assiette : plus riches en vitamines et minéraux, ils permettent d’éviter un apport quotidien de pesticides et d’additifs. Toujours  privilégier les produits les moins transformés possibles, même s’ils sont bio. L’éviction des produits laitiers (lait – fromages – yaourts) au minimum un mois avant la période allergique et bien sûr tout le temps que dure cette dernière est une base sûre. Dans l’immense majorité des cas, cette seule suppression améliore de façon significative et presque immédiate. La réduction globale tout au long de l’année est inévitable si l’on souhaite obtenir une amélioration durable des allergies. Dans le cas d’allergies anciennes, il est parfois également nécessaire d’éviter ou au moins limiter le gluten. Mais bien d’autres habitudes alimentaires insoupçonnées peuvent influer sur le système digestif et les allergies : les fruits crus ou jus de fruits pris aux repas principaux, la tartine de miel du dessert, le grignotage de toutes ces petites sucreries entre les repas, le muesli aux fruits du matin, la sauce tomate… ces éléments à digestibilité très réduite et très laborieuse sont, vous le savez maintenant, impliqués de façon indirecte dans la réaction allergique ! En revanche, un ajout régulier d’oméga-3, anti inflammatoires naturels, sous forme végétale (noix, noisettes, amandes) sera toujours bénéfique. L’alimentation est à étudier de près avec un naturopathe. Idéalement il faut commencer environ 2 mois avant le début des allergies, mais le changement d’alimentation peut avoir un effet très rapide et non négligeable.

Moduler le terrain avec des solutions naturelles :

Là encore il est préférable d’agir en prévention, mais il y a toujours quelques outils sous la main pour soulager ce passage difficile…

L’homéopathie est une valeur sure dans le traitement de fond des allergies, tout comme les oligos éléments. La diathèse allergique étudiée par le docteur Ménétrier est une prédisposition constitutionnelle à un ensemble de manifestations de type allergique : eczéma, urticaire, allergies respiratoires, asthme. Elle est associée également aux réactions inflammatoires subites. Elle est généralement régulée par le manganèse et le souffre. En cas d’allergie déclarée, la prise de manganèse seul doit se faire avec le conseil d’un médecin, sinon une aggravation momentanée peut apparaitre. L’utilisation lithothérapique du manganèse par le biais d’ampoules de Pyrolusite D8, un minerai de manganèse dilué de façon infinitésimale ne présente pas ces inconvénients : comme tous les remèdes lithothérapiques, il déchélate cet oligo élément et le rend disponible pour l’organisme. Il est indiqué pour les fatigues chroniques, surtout matinales, et le terrain allergique. Le souffre est également régulièrement utilisé pour corriger les terrains allergiques.

En prévention, il faut prévoir un drainage du foie, mais dans « l’urgence », on choisit plutôt une plante pour le foie non drainante mais dotée de propriétés anti allergiques naturelles : le desmodium, en cure de 3 semaines.

Et les bourgeons, vous y avez pensez ?

Si le printemps est la saison des pollens, c’est aussi la saison des bourgeons : trois d’entre eux sont particulièrement intéressants pour soutenir les terrains allergiques :

–        le bourgeon de cassis, anti allergique et anti inflammatoire naturel,

–        le bourgeon d’églantier, excellent immuno régulateur

–        le bourgeon de charme, spécialiste des voies ORL

Un apport quotidien de vitamine C sous sa forme naturelle (acérola, camu camu…) est aussi un soutien de poids, avec une action anti histaminique directe.

Quelques tuyaux en aroma !

L’aromathérapie possède aussi quelques outils pour apaiser une réaction allergique : les huiles essentielles d’estragon (anti allergique) et de camomille noble (anti inflammatoire) peuvent être utilisées en externe à raison de 2 gouttes de chaque diluées dans une cuillère à soupe d’huile végétale. À utiliser en massage sur la plante des pieds, pour stimuler tous les points de réflexothérapie… Ce mélange peut aussi être respiré sur un mouchoir en cas de crise et on peut déposer une trace légère sur les ailes du nez.

Pour les allergies cutanées, l’huile de nigelle en massage externe peut atténuer les dermatites atopiques et les eczémas.

Le redressement d’un terrain allergique demande certes une réforme alimentaire et une supplémentation adaptée, mais loin du seul traitement symptomatique, il ouvre des vraies pistes pour simplement….respirer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :