Naturopathie

Booster sa fertilité au naturel

De plus en plus de couples ont aujourd’hui recours aux différents parcours de PMA et protocoles de FIV.

Avec le rythme de vie souvent effréné, le stress, la malbouffe, l’exposition grandissante aux différents perturbateurs endocriniens mais aussi tout simplement l’âge auquel survient l’envie de bébé, la fertilité des françaises est en baisse.

Avant d’engager tout parcours médical, on conseille aux parents d’essayer « naturellement » de concevoir pendant au moins 18 moi. On parlera d’hypo-fertilité et on commencera diverses investigations médicales une fois ce délai passé.

Profitons de ce temps précieux pour se refaire une santé, retrouver sérénité et équilibre hormonal, de manière à devenir actif dans ce processus et renforcer sa fertilité.

Détoxifier l’organisme !

Avec l’âge, les (parfois mauvaises) habitudes alimentaires, la prise de médicaments (pilule, anti-inflammatoires, antibiotiques) , on parle de plus en plus de l’importance de faire des détox.

Bien que l’organisme ait déjà ses propres fonctions de détoxification, par l’action du foie,  de l’intestin, des reins, des poumons et de la peau , il est bon de leur donner un coup de pouce, de manière à éliminer les toxines, résidus de métaux lourds et tout autre substance.

Pour les femmes ayant pris la pilule pendant des années, ce besoin sera d’autant plus important.  Une cure d’un mois de chardon marie, coriandre et ou chlorelle par exemple, associée à une une alimentation hypotoxique, c’est-à-dire où l’on limite notamment alcool-café-sucre pour les deux futurs parents sera des plus bénéfiques sur tout aspect de la santé !  Elle permettra de retrouver une meilleure digestion, vitalité et libido !

Opter pour une alimentation saine et nutritive

Une bonne fertilité nécessite une bonne nutrition.  Pour toute division cellulaire donc reproduction, notre corps a besoin de nutriments, de glucides pour l’énergie, mais surtout des protéines et lipides pour la synthèse de nouvelles cellules et tissus ainsi que toutes les vitamines et oligo-éléments, essentiels au bon fonctionnement de l’organisme.

Une alimentation saine et équilibrée, soit riche en :

Végétaux : 5 portions de fruits et légumes verts et colorés par jour ;

– Céréales complètes (pain complet au levain, riz, avoine, quinoa, épeautre, sarrasin) apportent l’apport en énergie et minéraux essentiels ;

– Protéines de qualité : œufs, poissons, viandes bio, lentilles , tofu et légumineuses

Huile de qualité extraite à froid de colza, lin, olive, chanvre qui apportent les acides gras essentiels au système hormonal.

Les aliments dits « bons pour la fertilité » contiennent ces acides gras mais sont aussi notamment zinc et anti-oxydants. On citera les diverses noix et oléagineux (amandes, noix de pécan, noix du Brésil, graines de lin et tournesol), petits poissons gras comme les anchois et maquereaux, mais aussi les huitres, crustacés et algues pour leurs apports en iode et zinc.

Se libérer du stress

Alors qu’un « bon stress » peut aider dans un premier temps à augmenter l’efficacité et l’énergie ; sur la longue, il peut devenir cause d’épuisement, d’insomnies et de carences avec des répercussions de plus en plus profondes sur l’organisme et notamment sur la fertilité.  L’attente d’une grossesse, parfois bien plus longue qu’envisagée initialement, peut alimenter, voir accentuer ce stress.

Il est essentiel dans ce cas, de trouver une approche adaptée pour se libérer de celui-ci. Le sport, le yoga, la méditation ou les exercices de respiration sont des méthodes dont on ne peut abuser et dont les bienfaits ne sont plus à démontrer.

J’aime conseiller un bain hebdomadaire aux sels d’Epsom, aux vertus décontractantes, pour sa teneur en magnésium avec quelques gouttes d’huile essentielle ylang ylang et petit grain bigaradier apportant harmonie, sérénité et sensualité.

Des plantes comme l’ashwaghanda et le rhodiola, dîtes adaptogènes, qui soutiennent le système nerveux, associées à du magnésium peuvent être utiles pour mieux gérer et relâcher.

Retrouver un cycle harmonieux

Il est intéressant pour toute femme en désir de grossesse de prendre conscience de son cycle et de se « reconnecter »  à celui ci.

Retrouver un cycle régulier et harmonieux est un des premiers objectifs pour favoriser la fertilité et augmenter les chances d’une grossesse saine et harmonieuse.  Elle passe par un premier temps d’observation où l’on repèrera les différents temps du cycle, avec la phase folliculaire, l’ovulation et la phase lutéale.

En cas de dérèglements, syndrome prémenstruel, ovaires polykystiques ou endométriose, certaines plantes comme l’alchémille, le gattilier, le framboisier peuvent aider à rééquilibrer le cycle, mais toujours sur avis d’un professionnel qui saura conseiller les plantes adaptées à la personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :